Marc Timsit CATARACTE OPÉRATION correction par lunettes après l'opération

OPÉRATION DE LA CATARACTE

Le patient doit-il porter des lunettes après l'opération de la cataracte ?

Il est habituel, que le sujet ayant subi une opération de catarcte ait besoin d'un petit verre peu épais, pour parfaire sa vision de loin. Sans lunettes, sa vision lui permet d’effectuer les actes de la vie courante mais s’il désire avoir la vision la plus parfaite possible au loin, une petite correction peut être portée, parfois avec des verres légèrement teintés en cas de sensibilité à la lumière. La lecture nécessite, quant à elle, la plupart du temps, une petite correction. Dans tous les cas, on peut obtenir une nette amélioration rendant moins dépendant des lunettes.
Il est possible de corriger au moins en partie une myopie ou unehypermétropie en même temps que la cataracte. L’astigmatisme, par contre n’est pas corrigé et persistera même s'il est possible de le diminuer dans l'intervention par des incisions arciformes relaxantes.

Peut-on corriger la presbytie chez le sujet qui subit une opération de cataracte ?

- L'opération de la cataracte doit actuellement être considérée aussi comme une chirurgie réfractive. L’opéré sera souvent satisfait s’il est moins dépendant des lunettes que ce soit en vision de loin ou pour lire.
Chez le grand myope la cataracte est précoce. L'opération est donc conseillée à partir de 40 ans, s’il existe un début d’opacification cristallinienne. Elle nécessite une surveillance rétinienne car il existe un risque accru à long terme de décollement de rétine chez le myope. Ce risque est moindre chez l'hypermétrope. L'intervention peut être précédée d'un traitement rétinien préventif au laser.
L’opération de la cataracte induit obligatoirement la perte de l'accomodation que l'on peut pallier en conservant, au moins sur l'un des deux yeux, une petite myopie pour une lecture sans lunettes. Il est habituel de constater qu’un astigmatisme résiduel de 1 à 1,50 dioptrie permet une pseudo-accomodation compensant la presbytie.
Il est possible d’effectuer une petite bascule entre les deux yeux avec un implant classique. On peut aussi mettre en place un implant progressif. Dans ce cas, sa puissance doit être soigneusement calculée par une échographie précise car une faible erreur de calcul peut entraîner un résultat décevant. Il ne doit pas exister d’astigmatisme pré-opératoire important. Les effets secondaires les plus fréquents sont l’existence de halos autour des lumières, d'éblouissement, de baisse de la sensibilité au contraste et parfois de vision trouble. Le patient doit en être prévenu.
L 'arrivée de nouveaux 'implants progressifs multifocaux permettent de s'affranchir très souvent de lunettes pour la vision de loin et la lecture avec beaucoup moins d'effets secondaires qu'avec les implants utilisés jusque là.