Marc Timsit OPÉRATION CATARACTE progrès

OPÉRATION DE LA CATARACTE

Quels sont les progrès réalisés et attendus dans l'opération de la cataracte ?

Une réduction des complications de l'opération de la cataracte
L'opération de la cataracte peut connaître des complications, infectieuses ou techniques. Les complications infectieuses de l'opération de la cataracte sont rares, concernant environ une opération sur 1 000. La réduction de ce risque passe par une meilleure organisation des blocs opératoires, notamment grâce aux méthodes d'accréditation (Iso 9 000) qui établissent des protocoles précis d'aseptie. Une méthodologie rigoureuse de prise en charge de l'infection permet d'en limiter les séquelles. Les autres complications de l'opération de la cataracte (1 à 3 %), sont liées à une rupture de la capsule postérieure du cristallin et sont plus ou moins graves (oedème maculaire, décollement de rétine). Leur réduction passe à la fois par une meilleure formation des chirurgiens et par un perfectionnement des machines.

L'évolution du matériel utilisé pendant
l'opération de la cataracte
- Les appareils de dernière génération sont beaucoup plus sécurisants puisqu'ils assurent un meilleur contrôle de la pression au sein de la chambre antérieure de l'oeil. Ce sont, en effet, les variations de pression qui sont le plus souvent responsables des ruptures de la capsule postérieure lors de l'opération de la cataracte.
- Le laser commence à apparaître dans l'opération de la cataracte, à la place des ultrasons. Pour le moment, l'opération par laser est moins efficace que l'opération actuelle par ultrasons.
- Une autre opération de cataracte est à ses débuts, l'Aqualase, dont le principe est d'utiliser l'eau pour émulsionner la cataracte. Cette opération est moins traumatisante pour la capsule postérieure et ne provoque pas d'échauffement de la cornée.
- Il existe de nouvelles techniques d'opération de cataracte par micro-incision permettant de moins fragiliser l'œil en réduisant la taille des incisions et de minimiser l'astigmatisme induit. La technique de micro-incision biaxiale utilise deux incisions de 1,5 mm, la technique de micro-incision coaxiale utilise une seule incision de 2,2mm ou encore plus petite.

Le choix de l'implant :
- Pour diminuer l'incidence de l'opacification de la capsule postérieure il est possible d'utiliser des implants à bords carrés, à angulation postérieure, acryliques hydrophile ou hydrophobe.
- Implants avec filtre à lumière bleue contibuant à la protection rétinienne. Si tous les implants commercialisés actuellement sont munis d'un filtre protégeant des ultra-violets, une autre évolution permet d'incorporer un filtre pour les longueurs d'ondes de la lumière dans le bleu, potentiellement toxique pour la rétine.
- Implants asphériques. La chirurgie de la cataracte est devenue une chirurgie réfractive. La précision de la correction ne suffit plus, certains patients présentant une acuité visuelle satisfaisante peuvent dse plaindre de gêne en basse luminosité, d'éblouissment, de baisse de vision des contrastes. Les implants asphériques visent à diminuer ces troubles.
Ils améliorent la performance visuelle quand la lumière diminue et la nuit avec un meilleur contraste et une meilleure appréciation des objets en mouvement.
- Implants progressifs multifocaux permettent de s'affranchir très souvent de lunettes pour la vision de loin et la lecture avec beaucoup moins d'effets secondaires qu'avec les implants utilisés jusque là.
- Implants toriques. L' obtention d'une bonne acuité visuelle sans correction passe par la maîtrise de l'astigmatisme: micro-incision, choix du site d'incision, incisions relaxantes, utilistion d'un implant torique corrigeant l'astigmatisme.


L'évolution des implants

Le problème reste celui des implants car on dispose aujourd'hui de peu d'implants capables de passer par ces toutes petites incisions ; l'avenir de l'opération de la cataracte passe donc par l'élaboration d'implants plus maniables.
Leur qualité optique s'améliore. Il existe déjà des implants protecteurs de la rétine grâce à une meilleure filtration des radiation. De nouveaux implants asphériques permettent une réduction des aberrations optiques.
L'arrivée prochaine de nouveaux biomatériaux devrait encore améliorer les résultats. Principalement : le phaco ersatz, l'implant intraoculaire intelligent (smart IOL), l'implant ajustable à la lumière, ou absorbeur de lumière, les lentilles pourvues d'un diaphragme, ainsi que des lentilles très perméables à placer dans l'épaisseur de la cornée pour la chirurgie réfractive.