chirurgie réfractive

CHIRURGIE RÉFRACTIVE DE LA MYOPIE PAR IMPLANT   9

 
Opération myopie

La chirurgie réfractive Lasik a pour but de supprimer lunettes et lentilles par la correction au laser de la myopie astigmatisme presbytie hypermétropie. chirurgie réfractive 1: opération de la myopie - indications opératoires- examens. 2: opération astigmatisme presbytie hypermétropie - motivation pour l’ opération - examens 3: Lasik sur mesure. Zyoptix Orbscan Aberrométrie 4: LASIK et PKR. Le Lasik : suites- chirurgie bilatérale ou non 5: La PKR - Intérêt du Lasik 6: facteurs influant sur le résultat- Améliorations techniques- Résultats myope 7: Résultats: hypermétrope astigmate presbyte. Effets secondaires du lasik. Risques 8: opération pour forte myopie et hypermétropie. 9: implants- astigmatisme 10: autres opérations de myopie

chirurgie réfractive |1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | opération myopie astigmatisme | opération presbytie hypermétropie

LASIK

Le deuxième inconvénient de la chirurgie réfractive de la myopie par l' implant Nuvita est l'existence de halos ou d'éblouissements gênants dans 20% des cas, mais diminuant avec le temps, sans toutefois disparaître totalement. • La chirurgie réfractive de la myopie par implant de chambre antérieure à fixation irienne. Cet implant est commercialisé sous le nom d'Artisan™ (laboratoire Ophtec). L'avantage de cet implant est son excellente tolérance sans déformation pupillaire. Les halos constatés avec l'implant de 5 millimètres de diamètre disparaissent avec l'utilisation de l'implant de diamètre 6 millimètres. Il existe une perte cellulaire endothéliale sans incidence pour le porteur si celle-ci reste stable dans le temps. Si la perte endothéliale est progressive, le porteur risque de développer un œdème cornéen à long terme. Le recul manque actuellement pour savoir si cette perte cellulaire est non progressive, liée au traumatisme opératoire ou au retentissement endothélial de l'implant avec le temps. Les patients opérés de chirurgie réfractive avec implant de chambre antérieure doivent se soumettre à un contrôle régulier du comptage cellulaire • La chirurgie réfractive de la myopie par implant de chambre postérieure pré-cristallinien (ICL). Cet implant est commercialisé sous le nom de Staar, des laboratoires Staar. Il s’agit d’un implant souple introduit par une petite incision et placé au niveau du corps ciliaire, en avant du cristallin et sans contact avec celui-ci. Ses avantages sont l'absence de retentissement endothélial et la présence d'une bonne qualité de vision sans signe fonctionnel gênant tels que les halos. Ces avantages s'expliquent par la grande taille de l'implant et par sa position rétro-pupillaire. Ses inconvénients sont la possibilité d'apparition d'opacités cristalliniennes, voire de cataracte nécessitant alors une nouvelle chirurgie, mais aussi de dispersion pigmentaire de l’iris avec hypertonie oculaire. • La chirurgie réfractive de la myopie par implant de chambre postérieure après extraction du cristallin. L’implant peut être placé dans la capsule postérieure du cristallin après son extraction par phakoémulsification. Il s’agit de la même technique qui est utilisée en routine pour la cataracte, mais qui est précoce chez le grand myope. Cette chirurgie est donc conseillée à partir de 40 ans, surtout s’il existe un début d’opacification cristallinienne. Son inconvénient est la perte de l'accommodation que l'on peut pallier en conservant, au moins sur l'un des deux yeux, une petite myopie pour une lecture sans lunettes. Elle nécessite une surveillance rétinienne en cas de myopie car il existe un risque accru à long terme de décollement de rétine. Ce risque est moindre chez l'hypermétrope. La chirurgie réfractive de la myopie par implant de chambre postérieure peut être précédée d'un traitement rétinien préventif au laser. Souvent, après quelques mois ou années la capsule postérieure du cristallin s'opacifie et nécessite une séance de laser YAG pour l’ouvrir. Cette ouverture de la capsule postérieure entraîne un risque accru de décollement de rétine. Que proposer dans les cas d'astigmatisme important associé aux fortes amétropies (myopie, hypermétropie) ? Les implants que nous avons vus ne corrigent pas l'astigmatisme associé aux fortes amétropies. On manque de recul sur l' implant torique qui ne corrige pas, pour l'instant, l'astigmatisme de façon satisfaisante. En cas d'astigmatisme important, on peut réaliser une intervention "Bi-optic" couplant la mise en place d'un implant et un Lasik, en deux ou trois temps opératoires séparés. La première chirurgie consiste à découper le volet cornéen avec un microkératome. La seconde chirurgie est la mise en place d'un implant intra-oculaire qui va corriger la plus grande partie de l'amétropie. La troisième chirurgie consiste à soulever le volet et à réaliser un laser excimer dans le stroma cornéen pour corriger la myopie résiduelle et l'astigmatisme.