chirurgie réfractive

Opération myopie

La chirurgie réfractive Lasik a pour but de supprimer lunettes et lentilles par la correction au laser de la myopie astigmatisme presbytie hypermétropie. chirurgie réfractive 1: opération de la myopie - indications opératoires- examens. 2: opération astigmatisme presbytie hypermétropie - motivation pour l’ opération - examens 3: Lasik sur mesure. Zyoptix Orbscan Aberrométrie 4: LASIK et PKR. Le Lasik : suites- chirurgie bilatérale ou non 5: La PKR - Intérêt du Lasik 6: facteurs influant sur le résultat- Améliorations techniques- Résultats myope 7: Résultats: hypermétrope astigmate presbyte. Effets secondaires du lasik. Risques 8: opération pour forte myopie et hypermétropie. 9: implants- astigmatisme 10: autres opérations de myopie

LASIK CHIRURGIE RÉFRACTIVE     3

chirurgie réfractive |1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | opération myopie astigmatisme | opération presbytie hypermétropie

OPERATIONLASERLASIKMYOPIEPRESBYTIEASTIGMATISMEHYPERMETROPIE1

La zone optique (diamètre de l'ablation centrale) généralement utilisée pour le lasik varie entre 5 et 7 mm. En réduisant la zone optique, on pourra corriger plus de myopie selon la formule de Munnerlynn suivante : Profondeur d'ablation en micron = diamètre de l'ablation en mm au carré X dioptries à corriger le tout divisé par 3. La mesure du diamètre pupillaire en conditions diurne et nocturne permet de prévoir un diamètre d'ablation du lasik adapté au diamètre pupillaire du patient afin d'éviter l'incidence des halos et éblouissements nocturnes. La topographie cornéenne permet d'éliminer la présence d'un kératocône, contre-indication formelle au lasik. Elle étudie la réflexion de mires circulaires concentriques sur la surface cornéenne antérieure. L'analyse de la déformation de ces mires permet de renseigner indirectement sur la courbure cornéenne sous forme de cartes kératométriques en couleurs. Les couleurs les plus chaudes (orange, rouge) représentent les zones les plus cambrées, les plus froides (vert, bleu) les zones les plus plates. La photo ablation sur mesure ("customized ablation") est une avancée récente du lasik dont les résultats préliminaires semblent prometteurs pour l'amélioration de la qualité de la vision. Cette qualité de vision, plus que l'acuité visuelle post-opératoire est le principal facteur de satisfaction des patients après lasik. Elle sera d'autant meilleure, qu'il y aura moins d'aberrations optiques. La principale cause d'aberration optique après chirurgie cornéenne est représentée par la modification de la géométrie cornéenne d'autant plus importante que la myopie était plus forte. La forme physiologique de la cornée est prolate c'est-à-dire plus cambrée au centre, et s'aplatissant de plus en plus vers la périphérie. Après chirurgie réfractive par lasik, la forme s'inverse et devient oblate, plus plate au centre, plus cambrée en périphérie. Cette nouvelle forme génère des aberrations optiques dans le traitement des fortes amétropies pouvant être des phénomènes de halos, d'éblouissement ou d'images fantômes. Le défi actuel de la chirurgie réfractive lasik est d'optimiser le profil des photos ablations afin de neutraliser ces aberrations. La mesure des aberrations Plusieurs systèmes de mesure des aberrations optiques sont actuellement en cours de développement. Le système de chirurgie réfractive lasik appelé ZYOPTIX (mis au point récemment par Bausch & Lomb) prend en compte les données d'une topographie cornéenne sophistiquée appelée ORBSCAN Il et celles d'un aberromètre et les transmet à un laser TECHNOLAS 217. L'ORBSCAN II étudie le relief, non seulement de la face antérieure, mais aussi postérieure de la cornée et réalise une cartographie de l'épaisseur cornéenne en chaque point. L'ABERROMETRE est capable de mesurer les aberrations de l'oeil en tant que système optique global. Le principe est d'envoyer une source lumineuse sur la macula. Ce faisceau ressort de l'oeil sous forme d'un front d'ondes après avoir traversé le système oculaire et avoir subi une distorsion liée aux aberrations optiques. Ce front d'ondes est fractionné en repères dont la déviation est mesurée après projection sur un écran. On peut alors imaginer une chirurgie réfractive par lasik donnant une surface cornéenne avec un rayon de courbure plus physiologique compensant non seulement l'amétropie de départ, mais aussi les aberrations internes et aboutissant à un oeil presque idéal dénué d'aberrations, capable de performances supranormales permettant d'accéder à une vision démontrée théoriquement proche de 20/10. Un recul plus important est nécessaire pour confirmer l'apport de cette technologie de chirurgie réfractive. La seconde partie de ce dossier sur la chirurgie réfractive lasik sera traitée dans un prochain numéro. Au programme : "technique et résultats du LASIK et de la PKR"