chirurgie réfractive

Opération myopie

La chirurgie réfractive Lasik a pour but de supprimer lunettes et lentilles par la correction au laser de la myopie astigmatisme presbytie hypermétropie. chirurgie réfractive 1: opération de la myopie - indications opératoires- examens. 2: opération astigmatisme presbytie hypermétropie - motivation pour l’ opération - examens 3: Lasik sur mesure. Zyoptix Orbscan Aberrométrie 4: LASIK et PKR. Le Lasik : suites- chirurgie bilatérale ou non 5: La PKR - Intérêt du Lasik 6: facteurs influant sur le résultat- Améliorations techniques- Résultats myope 7: Résultats: hypermétrope astigmate presbyte. Effets secondaires du lasik. Risques 8: opération pour forte myopie et hypermétropie. 9: implants- astigmatisme 10: autres opérations de myopie

LASIK MYOPIE    7

chirurgie réfractive |1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | opération myopie astigmatisme | opération presbytie hypermétropie

LASIK

Ce n’est pas forcément l’objectif du lasik pour la myopie : le but étant alors d’apporter une amélioration suffisante pour que le sujet recouvre retrouve une autonomie dans les actes quotidiens courants sans l’aide de lunettes. Le permis de conduire B, par exemple, exige une vision minimum de 6/10èmes sur un oeil et 2/10 èmes à l’autre. Une petite paire de lunettes ou de lentilles peut aider dans des circonstances nécessitant une très bonne vision de loin comme la conduite automobile rapide, la lecture de sous- titres ou d’affiches à une certaine distance. Le résultat est stable à long terme. Quel résultat peut-on attendre d’une opération par lasik chez l’hypermétrope ? La PKR peut corriger jusqu’à 3 dioptries mais les résultats les plus rapides, fiables et les plus constants sont obtenus par le Lasik qui peut corriger jusqu’à 6 dioptries. Le lasik est inutile chez le sujet jeune si l’hypermétropie est faible et bien compensée car sa vision est encore normale. Le lasik surtout justifié après 45 ans, parfois plus tôt, quand apparaît une baisse visuelle notable à toutes les distances, pour la lecture comme de loin, nécessitant un port de lunettes permanent. Il n’y a pas d’âge limite pour opérer. Que peut-on attendre de la correction de l' astigmatisme ? Le Lasik est la technique de choix. L’astigmatisme associé ou isolé jusqu’à 6 dioptries peut être corrigé de façon satisfaisante avec les lasers de dernière génération. Si l’astigmatisme est important, on ne peut garantir la correction complète en une seule opération. L’avantage du Lasik pour la correction de l'astigmatisme est la facilité de reprise en cas de correction insuffisante, la possibilité de corriger un astigmatisme important un asigmatisme complexe, un astigmatisme oblique, un astigmatisme mixte ou un astigmatisme composé. Quel résultat peut-on attendre chez le presbyte ? En ce qui concerne le myope, si toute la myopie est corrigée, la presbytie se fait sentir habituellement vers 45 ans comme chez la plupart des individus non myopes. On peut donc décider volontairement de sous-corriger l’un des deux yeux chez les personnes proches de la quarantaine ce qui permet de retarder ou d’éviter la presbytie, tout en conservant une bonne vision de loin. L’âge avancé n’est donc pas une limitation à l’opération. En ce qui concerne l‘hypermétrope, des résultats très gratifiants sont obtenus lors de la correction d’une hypermétropie associée à une presbytie. Le patient bénéficie du caractère multifocal et progressif de la cornée opérée, ainsi que d’une bascule favorisant l’œil non directeur pour la lecture. Quels effets secondaires peut-on rencontrer après un Lasik pour une myopie? Sur un plan esthétique, le lasik ne laisse aucune trace visible. Les sujets optant pour le lasik ont souvent une intolérance passagère aux lentilles de contact du fait d’une sécheresse de l’oeil : ; après le lasik, il est fréquent d’observer un syndrome sec transitoire mais pouvant persister plusieurs mois avec persistance d’une gêne occasionnelle (irritation, picotement, sensibilité déclenchés par le vent, la poussière, le froid). Si besoin était, le port de lentilles de contact, ne pose pas plus de problèmes qu’avant l’opération. Un éblouissement, une perception de halos autour des lumières la nuit, de voile intermittent est plus rare avec la dernière génération de microkératomes et de lasers et s’atténuent en quelques mois. Quels risques peut-on rencontrer avec le Lasik ? Il n’existe pas de chirurgie sans risque, même si ce risque est exceptionnel. Pour cette raison il est indispensable que soit remise au patient une information médicale complète. Cette technique nécessite un appareillage très sophistiqué et d’excellente qualité. Quel que soit le laser utilisé, il importe de bien respecter les consignes d’entretien. Un centre spécialisé, servi par un personnel spécialisé, consacré uniquement à ces interventions est un gage de sécurité et de fiabilité. Le décentrement du traitement entraîne des effets secondaires gênants pouvant nécessiter une reprise chirurgicale : on peut citer une vision dédoublée, une déformation des images. Ce risque est considérablement réduit par les meilleurs lasers possédant un “eye tracker” qui permettent, grâce à une caméra infra-rouge, la poursuite automatique du regard par le faisceau laser même en cas de mouvements involontaires de l’oeil. Si le patient bouge, le laser s’arrête automatiquement et ce système garde en mémoire la position exacte du traitement. Le chirurgien recentre l’œil et continue le lasik là où il était interrompu. Le microkératome a été conçu il y a plus de 20 ans et a bénéficié, au fil du temps, de nombreuses améliorations qui aboutissent actuellement à des modèles fiables et reproductbles. La qualité insuffisante des premiers microkératomes pouvait entraîner des problèmes liés à cette découpe et des altérations de forme et de transparence de la cornée avec des conséquences sur la qualité de la vision. Cette éventualité est devenue très rare avec les derniers microkératomes qui offrent une grande sécurité. Ils sont actuellement d’une grande fiabilité au prix d’une strict respect du protocole de maintenance et d’utilisation. Avec ces microkératomes, l’incidence des complications de découpe pré-opératoires est devenue très faible. En cas de problème technique rare (tension oculaire insuffisante, blocage du microkératome, découpe irrégulière ou incomplète du volet...), l’intervention peut être immédiatement arrêtée et reportée généralement de quelques mois après cicatrisation satisfaisante de la cornée. Il ne faut pas se frotter l’oeil ni pratiquer de sports violents dans les suites opératoires pour ne pas mobiliser le volet. Une ré-intervention peut, exceptionnellement, être nécessaire en cas de déplacement du volet pour le remettre en place ou pour supprimer un infiltrat sous le volet. Cet incident n’est pas grave, et peut survenir dès les premières heures après l’intervention. Le Lasik est donc une technique très attrayante pour le patient en terme de confort, d’efficacité, d’ajustabilité, de rapidité de récupération de la vision et de précision du résultat. La qualité de l’exécution du lasik permet à un chirurgien entraîné d’obtenir des résultats optimaux avec une sécurité tout à fait acceptable.