index

A

B

C

D

E

F

G

H

I

K

L

M

N

O

P

R

S

T

U

V

Z

 

DICTIONNAIRE DE L'OPHTALMOLOGIE

 

REFRACTION
Analyse de l'état optique de l'œil : normal, myope, hypermétrope, astigmate, presbyte.

RÉFRACTOMÈTRE
Appareil automatique mesurant la réfraction.

RÉTINE
Plaquée au fond de l'œil, sur sa paroi interne, cette membrane sensible à la lumière joue un rôle essentiel dans la perception des lumières, des couleurs, des détails, des formes et des mouvements... La rétine est composée de différentes couches  de cellules nerveuses qui sont sensibles à la lumière. Elle contient deux sortes de photorécepteurs ou cellules sensorielles : les cônes et les bâtonnets. Les cônes ont besoin de lumière pour leur bon fonctionnement et permettent de percevoir détails et couleurs. Il existe 3 sortes de cônes qui réagissent à des longueurs d'onde différentes : bleu, vert, rouge. Les cônes sont donc responsables de la vision des couleurs. La nuit seuls les bâtonnets fonctionnent. Ils nécessitent peu de lumière et perçoivent des contours (grossiers) dans l’obscurité. La rétine reçoit la lumière, les bâtonnets et cônes transforment les stimuli lumineux en stimuli nerveux qui sont transmis via le nerf optique au cerveau. C’est là que l’image peut finalement être interprétée.
anatomie de l'oeil


RÉTINITE PIGMENTAIRE
Dégénérescence de la rétine pouvant conduire à la cécité. Les pigments s’accumulent dans les photorécepteurs et entraînent des taches pigmentaires sur le la rétine.  Les cônes et les bâtonnets meurent progressivement et la lumière n’est plus traitée.

RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE
L'atteinte de la rétine par le diabète est l'une des premières causes de malvoyance et de cécité dans les pays occidentaux. Les progrès des examens et du laser peuvent permettre à l'ophtalmologiste d'intervenir rapidement et efficacement pour freiner l'importance des complications oculaires. La surveillance régulière de l'œil est la meilleure garantie d'une conservation de la fonction visuelle. Tous les diabétiques encore apparemment sains doivent être surveillés tous les ans et de façon plus fréquente si des lésions sont déjà présentes.
œil et diabète

RETINOBLASTOME
Tumeur maligne de la rétine du jeune enfant.
 


RETINOSCHISIS

Le rétinoschisis juvénile lié au chromosome X est une une maladie génétique et héréditaire rare. Il atteint en général les enfants et adultes jeunes de s exe masculin. Le rétinoschisis est caractérisé par l'existence de kystes dans la rétine (rétino-schisis), qui vont se rejoindre et entraîner une séparation entre les feuillets internes de la rétine. Il existe un rétinoschisis central avec atteinte de la macula (rétine centrale) qui entraîne une baisse d'acuité visuelle. Après la quarantaine cette atteinte maculaire entraîne une dégénérescence de la macula. Il existe souvent une atteinte périphérique de la rétine qui entraîne une perte du champ visuel lente et progressive. Ainsi qu'une atteinte du vitré. Il n'y a pas de traitement dans les formes non compliquées. Les complications du rétinoschisis les plus sévères sont dues à l'existence de brides vitréo-rétiniennes qui peuvent entraîner des déchirures et des hémorragies dans le vitré. Dans ce cas un traitement de la rétine au laser argon est indiqué pour prévenir un décollement de la rétine. Ainsi qu'un traitement chirurgical du vitré ou du décollement de rétine.
Le rétinoschisis bulleux ou rétinoschisis sénile est une lésion dégénérative de la périphérie rétinienne dont le taux de complication est faible.Il n'est pas en rapport avec l'âge et peut se voir chez des patients de 30 ans. Il est lié à la coalescence de microkystes de la rétine périphérique qui s'étendent en circonférence et vers le pôle postérieur. L'évolution n'est pas obligatoire et de toute façon lente. En l'absence de complication, seule une surveillance clinique est justifiée.
 

Opération myopie