Epidémie de myopie

Le Figaro 4 mai 2012
fig1
fig2



La myopie correspond à une anomalie de la longueur de l'œil, qui peut alors atteindre 30 à 32 mm, contre 16 à 22 mm habituellement.

Personne ne conteste la part génétique de la myopie, mais l'influence de l'environnement joue manifestement un rôle de plus en plus important, en particulier pendant la jeunesse. Il suffit de regarder ce qui se passe en Asie. Ce qu'a justement fait le Pr Ian Morgan, de l'Université de Canberra (Australie), également consultant en Chine, avec ses collègues japonais et singapouriens, dans le dernier numéro de la revue scientifique internationale The Lancet . Les auteurs ne mettent pas en avant l'allongement de la scolarité, comme on le fait habituellement. Selon eux, ce serait plutôt «le manque d'exposition à la lumière naturelle éclatante qui jouerait un rôle majeur».

Alors qu'en Europe la myopie concerne environ une personne sur trois, dans les zones urbaines des pays développés d'Asie (Chine, Japon, Taïwan, Corée…), la situation est alarmante puisque 80 à 90 % des jeunes en fin d'études sont myopes. Plus inquiétant encore, 10 à 20 % sont atteints de forte myopie.

La même tendance s'observe en Europe. Hypothèse : les jeunes ne passeraient plus assez de temps dehors. La situation est-elle identique chez nous?

«La fréquence est plus faible en Europe. Il y a probablement un facteur génétique plus important en Asie, avance le Dr Marc Timsit, chirurgien ophtalmologiste à Paris.

En France, la prévalence serait passée de 20 % à 40 % en une dizaine d'années.» Une tendance observée également en Amérique du Nord et en Europe (Le Figaro, 16 décembre 2009). Schématiquement, il y a deux grandes causes de myopie classique: l'hérédité et l'environnement.
«Le poids de l'hérédité est indiscutable pour une part des myopies puisque le risque est doublé avec un parent myope, et triplé si les deux parents le sont», précise le Dr Timsit.

Pour Morgan et ses collègues, un élément plaide fortement en faveur d'une influence majeure et croissante des facteurs d'environnement: l'augmentation rapide des cas depuis 1996, qui se manifeste avec la même ampleur pour les Chinois, les Indiens et les Malais habitant Singapour, «suggérant une sensibilité similaire aux facteurs de risque auxquels ils sont tous exposés».

Parmi les facteurs de risque, le manque de lumière naturelle. Morgan explique en effet qu'un neurotransmetteur produit dans la rétine sous l'effet de la lumière, la dopamine, joue un rôle déterminant dans la bonne transmission des messages au cerveau, mais pas seulement. Elle éviterait aussi une croissance excessive de l'œil de la naissance entre 20 et 25 ans. C'est en effet durant cette période que l'œil grandit, pour passer d'un diamètre antéropostérieur de 16 mm à environ 22 mm. Or, chez un myope, l'œil grandit trop et peut atteindre jusqu'à 30-32 mm. «Un écart considérable quand on sait qu'un seul millimètre a déjà des conséquences sur la vision», explique le Pr Philippe Denis, président de la Société française d'ophtalmologie et chef du service d'ophtalmologie à l'hôpital de la Croix-Rousse (Lyon). Si passer des heures à lire, jouer ou travailler sur un écran favorise la myopie, selon Morgan c'est indirectement parce que l'on passe alors beaucoup moins de temps dehors.Un lien qui reste à démontrer «C'est une hypothèse très intéressante, commente le Pr Denis.
Le rôle de la dopamine dans la croissance du globe oculaire a été démontré expérimentalement chez l'animal. On sait aussi que, dans la maladie de Parkinson, les patients ont à la fois un déficit en dopamine et des troubles visuels avec une difficulté à percevoir les contrastes. Des troubles partiellement réversibles avec le traitement par la dopamine.»
Morgan propose aux enfants et aux jeunes de passer plus de temps dehors. Le lien de cause à effet entre manque d'exposition à la lumière et myopie reste à démontrer, des essais ont d'ores et déjà été lancés en Chine et à Singapour pour voir si un programme d'activités extérieures pouvait diminuer l'apparition des myopies
.

2012

Une nouvelle étude concernant le développement de la myopie : le rôle de la lumière naturelle (Interview du Dr Timsit TV5MONDE)

Un article récent du Lancet met en évidence un nouveau facteur de risque : le manque d’exposition à la lumière naturelle. Le facteur essentiel ne serait pas génétique ni l’activité de près mais simplement simplement le manque de lumière naturelle. Si passer des heures à lire, jouer ou travailler sur un écran favorise la myopie, ce serait indirectement parce que l'on passe alors beaucoup moins de temps dehors. Cette hypothèse est corroborée par la mise en évidence d'un neurotransmetteur produit dans la rétine sous l'effet de la lumière, la dopamine, qui éviterait ainsi la croissance excessive de l'œil pendant l’enfance. D'où une recommandation pratique pour la prévention de la myopie : demander aux enfants de passer plus de temps en lumière naturelle.